Les violences intra-familiales en période de confinement

Dernière mise à jour : 19 oct. 2021

Le vendredi 3 septembre, le CCT a été reçu par Mme Audrey THALY-BARDOL (ATB), conseillère exécutive chargée de la santé, dans les locaux de la CTM à Cluny. Étaient également présentes : Mme MADIN, directrice générale adjointe et Mme DERIGENT, chargée de mission.


La rencontre a porté principalement sur les violences intra-familiales en période de confinement à la Martinique.


CCT : Comment la collectivité est-elle alertée sur ces violences ?

ATB : Beaucoup par SOS KRIZ avec qui nous avons un partenariat. Il y a aussi les assistantes sociales de secteurs. Nous constatons que les femmes sont les plus impactées. Nous savons qu’il y a certains hommes victimes, mais ceux-ci se font beaucoup moins connaître.


CCT : La 4e vague de l’épidémie a-t-elle fait apparaître d’autres conséquences dommageables dans les familles ?

ATB : En dehors des violences, le nombre très important des décès a proprement décimé les

familles et déchirent les enfants. Mme MADIN souligne qu’en Martinique 41% des foyers sont monoparentaux et dont 90% sont des femmes. La CTM s’attend à être très sollicitée pour les questions concernant l’environnement juridique des enfants.


CCT : Faut-il prévoir des cellules d’écoute dans les collèges et lycées pour ces élèves confrontés à la maladie, à la mort, à l’angoisse ?

ATB : Il y aura des temps d’écoute dans les collèges et lycées.



CCT : A propos de l’aspect psychologique de la crise: comment agir de façon préventive et comment améliorer la prise de conscience collective ?

ATB : La CTM a un lien fort avec les CCAS d’où le dispositif « tchienbé là » ainsi que le lien avec les aides ménagères qui peuvent donner l’alerte Exemple : l’ADARPA suit 3000 personnes âgées.

Cependant il reste encore à améliorer la prévention.


CCT : Avez-vous des contacts avec la CAF, la CGSS et la médecine du travail ?

ATB : La médecine du travail concerne le secteur privé. Pour les familles inspectées, il y a les

assistantes sociales et les travailleurs sociaux.


CCT : Avez-vous un souhait ?

ATB : La création d’une plateforme unique comme porte d’entrée pour toutes les victimes.




16 vues0 commentaire